Image Image Image Image Image Image Image Image Image Image

Marketing web mobile 2.0 | December 9, 2016

Scroll to top

Top

No Comments

En 2013, 100% des éditeurs US s’appuient sur le canal Mobile

En 2013, 100% des éditeurs US s’appuient sur le canal Mobile
Thierry Pires
  • On 19 février 2013
  • http://marketing-webmobile.fr

Avec l’explosion des terminaux mobiles (que ce soit, les smartphones, les tablettes ou les mini-tablettes) le lectorat mobile offre aux éditeurs et aux agences médias de nouvelles perspectives de revenus, et de nouvelles opportunités de communication pour les annonceurs.

Les agences médias sont déjà passées par une première vague de transition vers le numérique, suivie progressivement par le canal mobile, comme on peut le constater sur le graphe ci-dessous. Ceci est dû au fait que les éditeurs de contenus ont décidé de surfer sur la vague du mobile et proposent désormais leurs contenus adaptés à ces nouveaux formats d’écran.

L’année 2013 s’annonce décisive, selon une enquête de l’Alliance pour les médias (Alliance for Audited Media) qui audite 210 sociétés de médias en Amérique du Nord, car elle atteint pour la première fois les 100% des éditeurs qui proposeront du contenu adapté pour mobile.

1-Publishers-Mobile-Format

L’enquête révèle que le mobile en octobre n’a pas joué un grand rôle dans les revenus de diffusion des sociétés de médias, mais beaucoup s’attendent à ce que cela change d’ici à 2014. Néanmoins, plus de quatre agences médias sur dix prévoyaient de faire au moins 10% de leur chiffre d’affaires par ce biais.

2-Publishers-Mobile-Revenues

La raison principale de cette hausse des revenus pour les agences médias réside dans la prolifération des plates-formes mobiles pour les éditeurs qui voient eux-mêmes plus de sources de revenus potentiels grâce aux souscriptions de type mobile et notamment celles à des prix plus élevés que des abonnements web classiques. Les contenus optimisés pour les terminaux mobiles offrent une richesse spécifique qui apporte une valeur ajoutée supplémentaire et fait l’objet d’une monétisation en conséquence.

Les éditeurs voient de plus en plus l’iPad et tablettes en général comme une formidable opportunité de consommer les médias. D’ailleurs, je suis moi-même dans ce cas de figure puisque j’ai choisi d’installer un thème reponsive design sur mon site afin qu’il soit 100% compatible avec tous les terminaux mobiles. Néanmoins, j’en suis pas à proposer un abonnement payant pour diffuser mon contenu.. alors profitez-en encore un 🙂

On le voit dans le graphe ci-dessous, les éditeurs de magazine grand public ont été très nombreux à optimiser leur contenu pour l’iPad. Par ailleurs, que ce soit les journaux ou les applications professionnelles, le dispositif mobile principal est basé sur l’iPad, suivi de l’iPhone. En somme Apple dispose des supports privilégiés pour les éditeurs et par conséquent pour les agences médias.

3-Publishers-Mobile-Device

De plus, l’iPhone et l’iPad ont été n°1 des dispositifs pour lesquels les éditeurs ont développé des applications mobiles. Or, pour les agences médias, les Apps sont importantes pour toutes les plateformes. Certes, plus de la moitié des éditeurs ont déclaré avoir des applications mobiles pour chaque périphérique mobile majeur. L’évolution entre 2011 et 2012 et plutôt significative.

4-Publishers-Mobile-Apps

Les éditeurs sont également optimistes quant à leur capacité à faire évoluer la rentabilité des applications sur smartphone et tablette. L’enquête révèle que seulement 22% des éditeurs ont été rentables avec leurs applications et plus de la moitié devrait l’être d’ici la fin de l’année 2014. A titre de comparaison, les sites Web étaient déjà rentables pour 51% des éditeurs, avec toutefois moins de perspective de croissance.

Pour atteindre la rentabilité sur les mobiles et l’Internet fixe, et voyant que les ventes publicitaires numériques n’ont pas suffi à endiguer les pertes sur le print, de plus en plus d’éditeur s’orientent vers une formule de paywall (contenu disponible par abonnement). Ils sont 40% d’entre eux à l’utiliser : soit le contenu n’est visible qu’après le payement (version « hard »), soit une partie du payement est disponible gratuitement (version « soft »), c’est-à-dire un nombre limité d’article ou le début d’un article et pour en obtenir plus, il faut payer.

5-Publishers-Mobile-Paywall

En somme, les agences médias ont connu pendant un certain temps une transition inévitable de leurs lectorats vers le numérique. Les éditeurs ont suivi le pas. Désormais les éditeurs pensent de plus en plus « mobile first », voir « mobile only » pour la consommation des médias.

Retrouvez l’étude AAM ci-dessous :

Retrouvez ci-dessous l’original de ce billet en anglais, je l’ai trouvé très intéressant et l’ai traduit pour vous :  http://www.emarketer.com/Article/This-Year-All-Publishers-Go-Mobile/1009628

Snapfish France Country Manager.
15 d’expérience dans le marketing digital, chez Compaq et Hewlett Packard France.

Major de promotion 2012 du MBA spécialisé Marketing et Commerce sur Internet (à L’institut Léonard de Vinci – Paris) #MBAMCI.

Passionné de marketing mobile, je suis auteur d’une thèse professionnelle disponible gratuitement sur mon blog et auteur du livre Marketing mobile paru aux Editions ENI en septembre 2013.

Je donne des conférences, dispense des cours en écoles de commerce et anime mon propre blog.

Thierry Pires – who has written posts on Marketing web mobile 2.0.


Soumettre un commentaire